Page d'accueil > A la une
Déclaration de la Porte-parole de l'Ambassade de Chine en France sur la situation actuelle à Hong Kong
2019/08/28

L’Ambassade de Chine en France a pris bonne note du récent communiqué d’un parti politique français sur la situation à Hong Kong.

Avant tout, il convient de préciser un point : selon ce communiqué, une manifestation aurait rassemblé 1,7 millions de personnes le 18 août dernier à Hong Kong. Or, ce chiffre ne correspond pas à la réalité. En effet, selon le décompte de la police hongkongaise, la participation, à son apogée, n’a pas dépassé 130 000 personnes. Des prises de positions s’appuyant sur des reportages biaisés nourris par des informations partiales ou inexactes ne peuvent refléter la réalité.

Les événements en cours à Hong Kong n'ont rien à voir avec la liberté ou la démocratie. L’escalade constante de la tension n’est imputable qu’à une poignée d’éléments séparatistes hongkongais qui, manipulés et soutenus par des forces extérieures, se drapent dans la démocratie et de la liberté pour contester ouvertement la Constitution de la République populaire de Chine et la Loi fondamentale de la Région administrative spéciale (RAS) de Hong Kong où ils ont délibérément organisé des troubles pour renverser le gouvernement de la RAS et mener une « Révolution de couleurs » sur le continent chinois.

Ledit communiqué appelle au dialogue. Mais c’est aux émeutiers séparatistes hongkongais qu’il devrait s’adresser. En effet, après que la cheffe de l’Exécutif de Hong Kong, Carrie Lam, a annoncé le retrait du projet de loi sur les extraditions, elle a proposé un dialogue avec les opposants. En réponse, ils ont saccagé le Conseil législatif, attaqué le Bureau de liaison du gouvernement populaire central dans la RAS, paralysé le métro et l’aéroport international, attaqué les forces de police, brutalisé des touristes et des passants innocents. Pendant ce temps-là, où étaient nos « amis » occidentaux ? Ont-ils lancé des appels au dialogue ? Non ! Considérant qu’il s'agissait-là de « manifestations pacifiques » et de mouvements « pro-démocratie », ils ont encouragé les émeutiers. Considérer que les émeutiers de Hong Kong sont des éléments « pro-démocratie », signifie-t-il que démocratie, c’est la violence et le pillage ?

Celui qui sape le principe « un pays, deux systèmes », ce n'est pas le gouvernement chinois. Ce sont les émeutiers qui veulent « l'indépendance de Hong Kong ». Le principe de base « un pays, deux systèmes », c’est d’abord « un pays ». Si on conteste l’idée de « un pays », alors parler de « deux systèmes » est sans objet. Hong Kong appartient à la Chine. Personne dans le monde n’est plus attaché que le gouvernement chinois et son peuple au succès de la politique « un pays, deux systèmes » à Hong Kong. Personne d’autre n’est plus désireux d’y voir régner la stabilité et la prospérité.

L’urgence pour Hong Kong est de mettre fin au chaos et de rétablir l’ordre. Le gouvernement central de la Chine soutient résolument le gouvernement de la RAS de Hong Kong dans l’exercice de ses prérogatives, ainsi que la police de Hong Kong pour rétablir, dans la légalité, l’Etat de droit et l’ordre social. Nous soutenons également les différents services compétents pour que soient traduits devant la justice les émeutiers qui s’attaquent à la paix et à la stabilité du territoire.

Nous demandons simplement que ceux qui s’expriment sur Hong Kong se montrent plus objectifs, abordent les faits avec impartialité et ne se laissent plus abuser par des informations biaisées. Mais plus encore, que les médias fassent honnêtement leur travail et cessent de se faire les complices des fauteurs de trouble.

Recommander à   
  Imprimer
Consulat Général de la République Populaire de Chine à Marseille Tous droits réservés